Une vision argentique

Posted on

A l'ère du numérique, reprendre un boitier argentique est un exercice qui surprend les "geeks-photographers"

Même si au quotidien, les réglages des boitiers sont positionnés sur le mode Manuel, le retour à un appareil semi automatique ou automatique, le plus déroutant est la mise au point manuelle. Dans le cas d'un réglage tout manuel, il est évident que la dextérité est fine. Pour les adeptes de la position "M" de la molette d'un digital, le retour à l'argentique est surtout une affaire d'ergonomie pour retrouver ses "réflexes".

Noir et Blanc : construire son image

En numérique ou en argentique,  en couleur ou en N&B, en 24x36 ou en autres formats de films, la lumière est toujours la même.

Alors pourquoi est ce difficile de mettre en scène une photo argentique en N&B ?
A mon sens, il y a deux raisons principales, liées à la technique. Partant du principe que si l'inspiration est absente, cela sera vrai dans toutes les situations aussi bien numériques qu'argentique. L'avantage à ce stade est que l'on y regarde à plusieurs fois avant de déclencher dans tous les sens !  L'argentique apporte déjà ce recul et la réflexion. Ce qui est important.

Qu'est ce que l'on ressent à la lecture d'un tirage monochrome ?
Une ambiance, une atmosphère,...ou pour d'autres une action, un mouvement. Certe cela reste également vrai pour la couleur, mais d'une façon différente, En N&B, la simplification des nuances de gris, doit orienter le photographe vers un soucis de la composition. Au delà de la technique de l'exposition,  c'est la recherche des lignes, du cadrage qui feront l'objet de toutes les attentions.

Dans les scènes d'actions où le centre d'intérêt est précisément l'action qui se passer qui fait déclencher. Ainsi, l'instant se fige et prend de l'importance aux yeux du photographe. Le Noir et Blanc intensifie cette action. Tout ce concentre sur le sujet de l'image.

Le but, tant attendu !... mais l’exercice n'est pas facile. On ne réussi pas à chaque fois...
Sur la pellicule,...il n'est pas question de repentir !
...mais c'est cela qui est intéressant !